Séminaire de recherche : Les « inventaires croisés » des patrimoines culturels matériels et immatériels : enjeux, objets, méthodes.

Coordonné par OPCI-EthnoDoc, le séminaire aux s’appuiera sur des retours d’expérience. Il aura lieu les jeudi 2 et vendredi 3 avril 2020, à Sallertaine (Vendée).

Ouvert au public dans la limite des places disponibles, entrée gratuite. La réservation est obligatoire (hors intervenants) à l’adresse suivante :

Propulsé par HelloAsso


En constatant l’essor de la notion de « patrimoine culturel immatériel », certains auteurs ont craint que cette nouvelle catégorie patrimoniale allait entretenir une dichotomie entre le matériel et l’intangible (Bromberger, 2014) ; comme si les hommes et leurs pratiques, leurs représentations, les objets, espaces et lieux auxquels ils sont liés pouvaient être compris séparément. Or, le patrimoine culturel immatériel est englobant. Marqué par l’historicité de ses transmissions et ses recréations, il réside dans le rapport ontologique que les sociétés entretiennent avec leur milieu et leur environnement. Il est un système de relations à l’altérité en référence à d’autres hommes, mais également à d’autres spécimens de vies animales ou végétales, et il inclue aussi le champ non vivant dans ses consistances et ses formes.

Cette acception du patrimoine culturel immatériel induit de plus en plus fréquemment sa prise en compte lors d’opérations d’inventaires du patrimoine paysager, architectural et historique. Ces inventaires « croisés » répondent à une volonté d’appréhension de la complexité des objets patrimoniaux pour en améliorer la connaissance. Et, dans le même temps, ils provoquent la rencontre de cultures scientifiques différentes. Ils peuvent susciter de riches échanges théoriques et méthodologiques entre disciplines. Ce séminaire vise à prolonger et approfondir cette ouverture à partir de retours d’expériences.


Pour tout renseignement : OPCI-EthnoDoc, Yann Leborgne, directeur du département Recherche, 02 28 11 42 51.


Légende de l’image : Pèlerins traversant la grève en direction du Mont Saint-Michel, au début du XXème siècle (vers 1910) [Crédit : A. L’Hermine]