Recherche et coordination scientifique

Liant le patrimoine culturel immatériel au développement durable des territoires, l’OPCI-Ethnodoc met en œuvre des travaux de recherche et d’action culturelle en réponse à une demande sociale.

Recherche et coordination scientifique

Reposant sur des méthodes d’enquête participatives, de type ethnographique, ces travaux accompagnent les sociétés locales (représentées par des collectivités, institutions, associations, ou entreprises) qui s’investissent dans la connaissance et la compréhension des éléments constitutifs de leur culture et sentiment d’identité. Ils explorent les expressions du patrimoine culturel immatériel en vue de leur valorisation (expositions, publications, muséographie).

Les recherches engagées par l’OPCI-Ethnodoc avec ses partenaires concernent les pratiques et représentations qui, se transmettant de génération en génération, traduisent la relation patrimoniale que les sociétés entretiennent avec leur territoire, leur milieu, leur environnement. Bien que ces travaux puissent questionner des mémoires collectives, les éléments étudiés ont trait à des patrimoines vivants qui correspondent aux catégories reconnues par l’UNESCO (2003) dans la « convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel », il s’agit :

  • des traditions orales
  • des arts du spectacle
  • des pratiques sociales, rituels et évènements festifs
  • des connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers
  • des connaissances et savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel

Fidèle à l’ancrage et au développement historique d’OPCI-Ethnodoc au cœur du marais Breton-Vendéen, aux confins méridionaux de l’estuaire de Loire, son activité scientifique sur les éléments du patrimoine culturel immatériel s’étend principalement en Vendée et Pays-de-la-Loire. Certaines recherches sont menées sur des terrains extérieurs à ce périmètre géographique dans les cas où des partenaires font appel à des compétences spécifiques ou reconnues de notre équipe, particulièrement dans l’étude du rapport des sociétés aux milieux littoraux, fluviaux et lacustres (s’agissant notamment des pratiques festives populaires, maritimes et portuaires).

L’activité scientifique de l’OPCI-Ethnodoc se traduit dans plusieurs actions :

  • La réalisation de travaux de recherche dans le cadre d’inventaires du patrimoine culturel immatériel. Ils reposent sur des enquêtes de terrain approfondies qui conduisent à la rédaction de rapports de recherche et de fiches d’inventaire. La réalisation de ces rapports et fiches d’inventaires est un préalable et une condition sine qua non à la reconnaissance nationale des manifestations étudiées. Après examen attentif, la Direction des patrimoines du ministère de la culture les inscrit dans « l’inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France ».
  • L’organisation de – et la participation à – des journées d’étude et des colloques. Ces évènements constituent des temps d’échanges permettant aux chercheurs et aux experts patrimoniaux de croiser leurs regards à propos des enjeux et des méthodes de sa connaissance et sa sauvegarde. Ces évènements sont un moyen pour l’OPCI-Ethnodoc de toujours inscrire ses travaux dans les questionnements actuels de la communauté scientifique et des experts du patrimoine culturel immatériel. Ces manifestations donnent lieu à diverses publications consultables.
  • L’animation d’un réseau de chercheurs professionnels et amateurs. Le patrimoine culturel immatériel est un objet dont la grande variété des formes d’expression rend indispensable la coopération entre des chercheurs d’horizons différents. À cet égard, l’OPCI-Ethnodoc entretient et développe des relations avec des laboratoires universitaires. À travers l’organisation de séminaires en Vendée et Pays-de-la-Loire, il contribue à la nécessaire interdisciplinarité de la connaissance du patrimoine culturel immatériel. Cette mise en réseau inclus les habitants et les décideurs des territoires. Pleinement acteurs de la patrimonialisation, ceux-ci participent à la production du savoir (à travers des collectes de témoignages, d’objets, de photographies, de films, de rédaction de fiches d’inventaire, par diverses actions de médiation…). En respect d’un principe participatif, l’OPCI-Ethnodoc étend ainsi la notion de « chercheur », au-delà des cercles académiques, à l’ensemble des acteurs engagés dans des recherches de patrimoine culturel immatériel.

À compter de novembre 2019, le développement, la coordination et l’animation du réseau des chercheurs affiliés à l’OPCI-Ethnodoc sont assurés depuis la Vendée par Yann Leborgne, docteur en géographie sociale, spécialiste du patrimoine culturel immatériel dans ses liens avec la résilience des identités territoriales.