Saut des fossés dans les marais : soirée « ningle » !

Le 6 décembre se tenait la première réunion publique relative à l’art du saut des fossés à l’aide d’une perche dénommée ningle. Le sujet de la soirée étant l’inscription de cette activité traditionnelle maraîchine à l’Inventaire national du Patrimoine immatériel.
Une trentaine de personnes a été accueillie par Madame Rosiane Godefroy, maire du Perrier, qui a démontré son grand intérêt pour cette démarche. « Pourquoi ne pas utiliser cette tradition que représente la ningle pour participer, aussi, à la protection des marais ? Cette démarche devrait pouvoir s’inscrire dans le cadre du Leader en cours ».
Serge Joubert, co-président du Comité des fêtes du Perrier, assisté de Bruno Pelloquin, a informé le public de l’intérêt que le comité voyait dans cette organisation « qui fixe des objectifs de qualité, mais aussi, valorise notre démarche de faire vivre des jeux populaires ». Daniel Martineau, président du Comité des fêtes d’Orouët, autre organisateur de concours de saut à la ningle, annonce que « son équipe est aux côtés des ses collègues car, là-aussi, ce label de patrimoine classé servira à développer les fêtes d’Orouët ».

Madame Rosiane Godefroy, maire du Perrier , ouvre la séance. OPCI-EthnoDoc


Etienne Chouinard, président de la SHENOV de Challans, engage son association pour la mise à disposition des archives qui permettent d’étudier et documenter le futur dossier préalable à l’inscription.
Jean-Pierre Bertrand, assisté d’Alain Jouanneau, est intervenu au nom d’Arexcpo, association qui porte le dossier et qui se positionne comme médiatrice, a présenté le contenu de la fiche d’inscription en précisant que le Marais poitevin serait associé à travers le Parc naturel régional, ainsi que les associations Terre d’Islàs, de l’Île d’Olonne, et du Vircouet, de Longeville. Les acteurs du marais de Rochefort ont émis le souhait d’être associés à la démarche.
Le Dr. Gérard Benéteau, archéologue, a assuré un mini-conférence sur le positionnement historique, le Moyen Âge, et linguistique de la ningle, « ningle » au XVe siècle.
Le Dr Yann Leborgne, géographe, qui représentait l’OPCI, a explicité les atouts que peut apporter une inscription au Patrimoine français. L’OPCI a été missionnée par le Ministère pour rédiger la fiche d’inscription.
À suivi la projection d’un reportage constitué d’illustrations anciennes et de vidéo des Olympiades du Perrier des années 1980, des récentes enquêtes auprès des derniers témoins, des concours de saut à la ningle de l’été 2019 et sur la formation donnée à 6 jeunes.
Face aux caméras tenue par Yves Batard, d’Arexcpo, quelques témoins de cette pratique, dont Bernard Artus et Michel Syras, dans la salle, ont acceptés de partager des souvenirs.
En conclusion, outre les remerciements à tous les acteurs, il a été demandé que des fossés soient aménagés pour permettre de meilleures conditions de formation des amateurs. Mme Godefroy a répondu favorablement à cette proposition en associant l’écomusée du Daviaud.

Légende de la photo du haut de l’article :
Stage de saut à la ningle au Perrier, juillet 2019. OPCI-EthnoDoc.